Challenge du Vercors : un raid solitaire improvisé !

Le Challenge du Vercors annonce traditionnellement le début des épreuves montagnardes. Il est vrai que ce massif pré-alpin ne manque pas d’atouts pour tester son coup de pédale et commencer à se familiariser avec les petits braquets.

Avec un grand parcours de 170 km et 3200 m de dénivelé, le Challenge du Vercors attire régulièrement près de 1000 participants séduits par la beauté des paysages traversés.

Ce dimanche 31 mai la température est encore frisquette lorsque j’arrive à Méaudre mais le soleil resplendissant ne va pas tarder à réchauffer l’atmosphère. La journée s’annonce donc sous les meilleurs hospices.

Vertacomicorien depuis quelques années, le biathlète Simon Fourcade est présent sous les couleurs du Team Vercors et fait preuve d’une extrême disponibilité.

Départ imminent pour 170 km

A 8h le maire de Méaudre libère les concurrents du parcours master impatients d’en découdre ! Contrairement au week-end dernier à Gréoux les Bains lors des Boucles du Verdon, le départ est beaucoup moins rapide. Je parviens sans trop de peine à conserver l’avantage de ma présence dans le sas des dossards prioritaires et aborde la première difficulté du jour, le col de la Croix Perrin dans de bonnes conditions. Cette ascension n’est ni très longue, ni très pentue, juste une mise en bouche qui néanmoins permet aux plus costauds de s’isoler. Après la rapide descente sur Lans en Vercors, c’est par une petite route légèrement vallonnée que nous rejoignons Villard de Lans. Les choses sérieuses débutent véritablement à la sortie de la ville qui accueillera le Tour de France en juillet prochain.

J’ai souvent eu des difficultés à trouver le bon rythme au pied de ce col de Herbouilly mais cette fois, je trouve immédiatement la bonne carburation.

Les jambes répondent bien et j’ai le sentiment que a suite s’annonce sous les meilleurs hospices. Sans me mettre dans le rouge (ce que je ne sais de toute façon pas faire !), je parviens à me maintenir dans un petit groupe qui progresse à une bonne allure. Un œil sur le compteur me confirme que les sensations sont bonnes et je bascule au sommet avec un moral gonflé à bloc.
Héals, mon enthousiasme ne va pas faire long feu. Lancé à pleine vitesse dans la descente du col de Herbouilly, je crève de la roue arrière… Me voilà donc contraint à laisser filer le groupe dans lequel j’avais réussi à me maintenir pour réparer au plus vite.

En pareil cas, l’énervement que l’on éprouve est contre productif et il convient de se maîtriser pour rester le plus zen possible face à une situation qui malheureusement fait partie du « métier ». Passé le stade de la déception d’être ainsi stoppé, je m’efforce de perdre le moins de temps possible pour changer de chambre et regonfler. Néanmoins, je vais perdre 10 bonnes minutes dans cette opération et voit défiler à vitesse grand V de nombreux concurrents.

Une fois remis en selle, je relativise sur la situation. J’ai certes perdu du temps mais à ce stade là, le classement à l’arrivée n’est finalement qu’anecdotique. Je repars donc plus motivé que jamais pour un raid solitaire de près de 130 km !

Jusqu’à l’arrivée, je vais ainsi prendre un réel plaisir à remonter de nombreux groupes et à constater qu’aucun des concurrents que je double ne parvient à prendre ma roue.

Ceci me donne littéralement des ailes, aussi bien dans l’ascension du col de Lachau que dans celui de la Machine, deux des principales difficultés du parcours.

Les routes du Vercors, un véritablement enchantement.

Les routes du Vercors, un véritablement enchantement.

Grâce à un vent qui souffle favorablement, la remontée sur Saint Martin en Vercors n’est qu’une formalité et il ne reste alors plus qu’à rejoindre les groges de la Bourne pour entamer la remontée finale vers Méaudre. Un montée faiblement pentue mais sur une route au revêtement passablement dégradée qui n’est pas des plus appréciables.

Je double encore quelques cyclos avant de m’engager dans les gorges du Méaudret et décide de finir à bloc, les mains en bas du guidon. Le vent souffle toujours favorablement ce qui facilite grandement ma progression.

Je franchis la ligne en un peu moins de 6 heures selon les données de mon compteur. Mon temps « officiel » étant de 6h09. Malgré ma crevaison, je suis parvenu à remonter aux portes du top 100 (117e) mais surtout, je n’ai quasiment pas perdu de temps sur les concurrents avec lesquels j’étais au moment de ma crevaison alors que j’ai roulé seul pendant 130 km. Voilà qui suffit à me convaincre de considérer cette journée comme positive malgré tout !

Prochain rendez-vous dimanche 7 juin dans les Aravis à l’occasion de la Time Megève Mont Blanc.

https://www.strava.com/activities/315429186/embed/e57a52960f70b4ab048036b72b0910cc6cf36d69

Reportage photos du Team Vercors

Après les filles, une belle course d’équipe sur le parcours 123 Kil de cette édition 2015. Un podium scratch 100%…

Posted by Team Vercors on dimanche 31 mai 2015

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.