Savoir raison garder

L’IncaDivide et ses 3500 km à travers la Cordillère des Andes est une aventure à laquelle il fait bon de rêver car le challenge, hors norme, dépasse de loin tout ce que l’on a pu connaître jusqu’à présent. Mais du rêve à la réalité il y a un pas à franchir, un pas tout aussi énorme que l’épreuve elle même.

Alors oui j’ai rêvé en pensant pouvoir faire partie de ceux qui seront au départ en juillet prochain d’un extraordinaire périple où ils pourront tutoyer les glaciers en franchissant des cols aux altitudes irréelle. Dans un contexte professionnel devenu plus difficile, l’IncaDivide m’a offert un agréable sentiment de libéré et d’évasion. Pris au jeu de l’engouement suscité via les réseaux sociaux par cette aventure démesurée, je me suis en outre laissé emporter par un dangereux tourbillon dont je risquais de devenir prisonnier. Quel paradoxe quand on rêve de liberté…

Savoir chérir celles que l'on aime.

Savoir chérir celles que l’on aime.

Certes, rêver c’est oublier la réalité et se donner des moments de liberté… Mais il faut aussi savoir remettre les pieds sur terre et prendre conscience des contraintes et des sacrifices qui découlent immanquablement d’une telle aventure.

Jusqu’à présent je suis parvenu à concilier ma vie professionnelle et ma vie familiale avec une pratique cycliste qui occupe beaucoup de mes temps de loisir. Je tiens à préserver cet équilibre. Mais par dessus tout, je ne peux envisager de priver ma petite famille de ma présence aussi longtemps pour assouvir un plaisir purement égoïste.

Le rêve s’arrête donc là. Sans regret si ce n’est celui d’avoir emnené d’autres candidats au voyage avec moi. Je m’en excuse auprès d’eux et si d’aventure ils souhaitent poursuivre ce projet je leur donnerai le coup main qu’il faudra pour les aider à être au départ à Quito en juillet 2017.

De mon côté, je sais qu’il y a tant de belles choses à faire aux 4 coins de la France et un peu au-delà : de l’édition 2017 du Born To Ride entre le Mont Saint Odile et le Mont Aigoual au TriRhena cher à Pascal Bride et Gilles Esselin en passant par le 1000 sud et une version XXL des 7 Majeurs mes envies d’évasion ne manqueront pas d’être assouvies…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.